Le principe de l’école

L’approche montessori


Les découvertes en neurosciences ne cessent de confirmer les formidables intuitions de Maria Montessori sur l’enfant et l’adolescent.

Ainsi nous abordons le français et les mathématiques concrètement avec le matériel adapté et une progression basée sur les études faites et proposées par des spécialistes. Nous étendons cette approche aux autres disciplines, sans nous fermer à ce qui se fait de bien également auprès d’autres pédagogues.

Nous étudions la géographie et l’histoire aussi selon le travail de Charlotte Masson. La méthode Singapour complète parfaitement notre travail en mathématiques.

L’approche Agile et la pédagogie de projet


L’approche Agile considère que le besoin ne peut être figé et propose de s’adapter aux changements de ce dernier. Mais pas sans un minimum de règles. Elle est basée sur la satisfaction de l’enfant et du collectif, une validation de chaque étape, règle et proposition, sur les encouragements, sur le test des idées, l’élimination des mauvaises et la valorisation des bonnes.

LesAgile Learning Centers(ALC) sont un type d’écoles démocratiques utilisant l’approche Agile appliquée à une éducation auto-dirigée.

La philosophie de ce mouvement repose sur la métamorphose de l’arbre : le Agile Tree. Le sol sur lequel cet arbre pousse est la confiance : confiance en l’élève pour apprendre et faire ses propres choix. Les racines de l’arbre sont 4 principes directeurs :

1-Apprendre est naturel et permanent. Cela n’a pas à être « forcé ». L’enseignement ne doit pas être coercitif.

2-L’auto-direction : les enfants sont mieux placés que quiconque pour savoir ce dont ils ont besoin pour se développer. On apprend mieux en prenant ses propres décisions.

3-L’importance de l’expérience : On apprend plus de sa culture et de son environnement que d’un contenu qu’on nous enseigne.

4-Le processus d’apprentissage dans un ALC est appelé Agile Cycle Of Learninget se fait en quatre temps :

-L’élève parle d’abord de son intention (ce qu’il veut apprendre, accomplir…).

-L’élève crée, agit, réalise.

-L’élève opère une réflexion sur ce qu’il a appris/dresse le bilan de ce qu’il retire de ses actions.

-L’élève partage avec les autres/discute et montre aux autres membres de l’école ce qu’il a fait.

En pratique, les âges sont mélangés. Il n’y a pas de hiérarchie entre les savoirs et les matières. Toutes les disciplines sont considérées comme valables et dignes d’intérêt.

Le développement de la confiance en soi, de l’estime de soi et de la coopération


Les enfants de l’école bénéficient d’un temps de parole à chaque début de journée et chaque soir. Ils déposent au groupe ce avec quoi ils arrivent le matin et ce avec quoi ils repartent le soir, ce qui est important pour eux aujourd’hui, ce qui a été difficile ou satisfaisant pour eux dans la journée. Chacun écoute la parole de l’autre sans jugement, sans intervention. Le temps du soir permet aussi de régler un conflit qui n’a pas été résolu dans la journée sur l’instant.

Des ateliers philo réguliers permettent la réflexion, l’esprit critique, de se faire une opinion et d’oser la partager voire la confronter avec celle des autres. L’écoute des autres et se faire entendre sont les piliers d’une bone construction de soi.

Lors des apprentissages sont valorisés la confiance en soi, l’autonomie, la coopération. Nous ne notons pas le travail des élèves mais nous valorisons la progression. La compétition n’a donc pas de place.

L’entraide a toute sa place puisque un enfant qui maitrise un matériel va soutenir, expliquer et transmettre à un autre. Ils sont donc un instant l’apprenant et l’instant d’après l’enseignant auprès d’un autre.